invit--CojanBougeard

Gwennaëlle Cojan : "La photographie infrarouge trouve une seconde jeunesse par l’avènement du numérique, grâce au traitement dit «fausse couleur». En effet si les règles et les contraintes
restent les mêmes, voire sont amplifiées, le capteur numérique permet une liberté d’interprétation que ne permettait pas
la chimie.
Les photographies présentées ici ont toutes été prises au
printemps ou pendant l’été, par temps de très grand soleil, ce qui donne cette impression de neige ou de givre suivant
l’évolution des saisons."